"Si c'est un homme" d'après Primo Levi

Création septembre 2018

 

"Une machine à déshumaniser l’être humain" 


Voilà ce qu'est un camp d'extermination. 
Il n'est plus besoin de présenter l'œuvre de Primo Levi. Œuvre qu'il écrivit dès sa sortie de l'enfer d'Auschwitz et qui fut refusée par le grand éditeur italien Einaudi. Aujourd’hui elle est Œuvre universellement reconnue. Œuvre qui décrit d’une manière méticuleuse, implacable, scientifique, le mécanisme de cette monstrueuse machine à broyer des hommes et des femmes. Seuls les nazis ont été capable de créer de tels camps. Ils n’avaient jamais existé et ne sont plus jamais apparus par la suite. La barbarie nazie nous sut démontré que le mal existe bel et bien et qu’ils étaient le Mal. Ce camp n’avait d’autre objectif que la « destruction d’un homme » et sa mise à mort. 


« On ne sort du läger que par la cheminée. » 


C’est par un avertissement aux générations futures que débute ce témoignage. Une mise en garde sous forme de poème. " N'oubliez pas que cela fut, non ne l'oubliez pas". Ne pas oublier...hantise de Primo Lévi, l'oubli. Voilà l’essence même de sa démarche qu’il a martelé tout le long de sa vie, tant il était persuadé qu’un jour ou l’autre l’homme oublierait. 
A nous donc de lutter contre l’oubli en proposant de représenter son œuvre. Gilbert Ponte

 

 

 

Mise en scène : Gilbert Ponté 

Interprétation : Valentina Vandelli et Valentin Ehrhardt 

Création Lumière : Frédéric Toussaint 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© compagnie belladonna