Gilbert Ponté : Metteur en scène 

 

Depuis plus de 20 ans, Gilbert Ponté travaille d'une manière toute personnelle le spectacle solo. Au fil des ans, il a créé son style de narration qui se rapproche du "théâtre récit" qu’on trouve spécifiquement en Italie, et dont il existe peu d'équivalent en France. Il s'agit de spectacles populaires et didactiques dont l'initiateur fut Dario Fo. Le comédien y affirme un corps parlant dans un espace vide. La démarche artistique de La Birba Cie qu’il dirige, s'est développée autour de son travail artistique et de ses nombreuses créations seul en scène.
Par exemple : "La ferme des animaux" d’après George Orwell, fable  politique et rude diatribe contre les totalitarismes ; "L'Enfant de la cité" de Gilbert Ponté, spectacle qui raconte l'immigration des italiens d'après-guerre ; "Francesco, le Saint jongleur François" d’après Dario Fo, qui décrit la vie de Saint-François d’Assise. "Michael Kohlhaas, l’homme révolté" d’après une nouvelle de Heinrich Von Kleist, la dernière création solo de Gilbert Ponté, qui traite de la justice, s’inscrit dans cette continuité. 
 

Dans ses seul en scène, Gilbert Ponté privilégie de plus en plus l’espace vide, qui permet à l’acteur d’utiliser toutes les potentialités de son corps et de sa voix au service du récit, de l’histoire.Cette démarche se retrouve également quand, avec sa compagnie La Birba Cie, il met en scène les grands textes du répertoire (Molière, Racine, Feydeau, etc.). Une attention particulière est alors apportée au jeu du comédien et à son implication corporelle dans l'espace.
Cette démarche artistique a amené La Birba Cie à aborder le théâtre contemporain en créant des textes de Gilbert Ponté ("La dernière nuit de Molière" en 2013 ; "Chrysalide" en 2015 ; "Souviens-toi du futur" en 2016) qui permettent à la Compagnie de parler de l'aujourd'hui, tout en préservant les fondamentaux : espace, corps et silences

 

Valentin Ehrhardt

Comédien 


 

En perpétuelle recherche d'une poésie forte, et d'un sensible palpable, il oriente son travail dans une dynamique de vraisemblance.

Il se forme au théâtre très tôt, au contact de la compagnie Roland Furieux, Laetitia Pitz, Agnès Guignard, Daniel Proia... Mais aussi avec la rencontre de Nadège Coste, à l'université de Lorraine et des auteurs – metteurs en scène : Calin Blaga/ Thibault Fayner/Jean-Marie Clairambault.

 

En 2011, il est à l'origine de la création de la Cie Belladonna et en assume la direction artistique, il poursuit sa formation d'acteur par le biais de temps forts et de stages professionnels ; un temps aux Cours Florent, notamment avec Frédéric Haddou, en stage sous la direction de Jean-Michel Rabeux, sur l'intériorité et extériorité dans le jeu de l'acteur, à l'école Auvray-Naurroy, sous la direction de ce dernier et d'Eram Sobhani. Actuellement, à l'école supérieur d'art dramatique de la ville de Paris, pour la validation du diplôme d'état de Professeur de théâtre. 

 

En parallèle, il collabore avec d'autres compagnies lorraines «Compagnie Le Tourbillon », « Compagnie ENZ »...

En 2015, préoccupé par un certain état du monde, il rejoint le « Collectif du 20 janvier » dés sa création et milite depuis pour la préservation de la création artistique.

Valentina Vandelli

Comédienne

 

Diplômée d'une licence en LEA (Langue Etrangère Appliquée), Valentina Vandelli se forme au théâtre à l'école nationale d'art dramatique de Bologne « Alessandra Galante Garrone », elle poursuit sa formation auprès de Federico Tiezzi pour le chant en 2014 et de Robert Wilson pour l'interprétation lors du « Watermill International Summer Program » en 2015. Au cinéma, elle tourne plusieurs courts métrages sous la direction de Vincenzo Perriello, Marco Chiusole, Marco Scapinello... Au théâtre, on la retrouve dans une vingtaine de pièces en Français et en Italien mises en scène notamment par Robert Wilson (Macbeth, Circus of Stillness... the Power over Wild Beasts ) Federico Tiezzi (Au Perroquet Vert, Les Oiseaux ) Luciano Leonesi (Le Malade imaginaire, L'Avare) Guido Ferrarini (Le diner de cons, La souricière) En 2017, elle est à l'affiche de « Valentina et les géants » mise en scène par Sandro Mabellini et elle rejoint l'équipe de la compagnie Belladonna à l'invitation de son responsable artistique Valentin Ehrhardt.

Adeline Bouillet

Photographe

 

Passionnée de photographie depuis l'âge de 12 ans, elle poursuit dans cette voie et obtient un diplôme en Art plastique à l'université Paul Verlaine de Metz .

Artiste engagée elle milite contre toutes les formes de discriminations . Elle expose régulièrement dans la librairie la préface à Briey ou lors de date symbole comme pour la journée de la femme . Elle intervient aussi au près du jeune public au lycée Jean zay dans un projet de roman photo.

En 2012, elle intègre la compagnie Belladonna et s'inscrit activement dans tous ses projets .

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© compagnie belladonna